Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 16:03

Never let me go VS Hunger Games

Never Let Me Go et The Hunger Games, deux films aux thèmes absolument atroces

 

La semaine écoulée aura été pour moi un vrai retour aux sources question goûts cinématographiques.

 

Comme vous le savez tous j'aime d'un amour fou les films au ton gai, joyeux, enlevé, etc... tels que The New World, Melancholia, Rebecca ou Shin... euuuuh, ahem!

 

Cette semaine, comme j'étais d'une humeur de rose, j'ai donc renoué avec ma grande passion: aller voir/visionner des films bien glauques relaxants!

 

Le bal a été ouvert par Les Adieux à la Reine, film qui, s'il s'était délesté du charisme inexistant de Léa Seydoux (la fille qui déclare dans les interviews que sa famille n'a rien à voir avec le milieu du cinéma, warf warf warf! marrante la petite!) aurait reçu de ma part le qualificatif de "superbe".

 

Il n'aura donc récolté qu'un "dommage"...

 

Point découragée dans ma quête du Graal glauquesque, je me suis ensuite tournée vers Never Let Me Go dont j'avais acheté le DvD voilà quelques mois.

 

Never let me go 3

 

Synopsis (je sors ma propre plume car les mecs qui ont écrit le synopsis sur la jaquette du DvD et sur Allocine ne semblent pas avoir vu le film ou du moins, sa scène la plus capitale...): Kathy, Ruth et Tommy grandissent ensemble au sein d'un orphelinat de la campagne anglaise. Sous ses apparences respectables, l'institution qui les a accueillis en son sein n'est cepednant que la représentante d'un société amorale, bien décidée à leur faire accepter l'inacceptable pour le bien "collectif".

 

Mon résumé n'en dit peut-être pas long mais si je dévoilais le pot-au-rose, je vous gâcherai toute l'atmosphère du film (qui sait, peut-être qu'un jour vous voudrez le visionner).

 

Choquée dans un premier temps par le thème du film (non parce quand on lit la jaquette, on ne s'attend pas vraiment à ça (ça me fait un peu penser au "Comédie hilarante" que l'on peut lire sur la jaquette d'Ultimo Bacio...)) j'ai ensuite été subjuguée par sa délicatesse, sa subtilité et sa pudeur. Il m'a donné très envie de m'intéresser au travail de son réalisateur, Mark Romanek.

 

Never let me go 4

 

 

Est venu ensuite le temps de The Hunger Games, film plébiscité du moment que je suis allée voir avec le Grand Voyageur durant une de ses escales à Paris.

 

Hunger games 3

 

Synopsis (d'Allocine cette fois): Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l'Amérique du Nord, le Capitole, l'impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille - les "Tributs" - concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s'être rebellée et stratégie d'intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s'affronter jusqu'à la mort. L'unique survivant est déclaré vainqueur. On l'y suit les aventures de Katniss Everdeen, jeune fille du Dictrict 12 qui s'est portée volontaire pour sauver la vie de sa jeune soeur initialement désignée par le tirage au sort.

 

J'ai passé un agréable moment devant ce film aux vertus esthétiques et rythmiques indéniables.

 

J'ai cependant été très troublée par le traitement très léger qu'il faisait d'un thème qui (vous en conviendrez) est parfaitement atroce.

 

Ma gêne est d'autant plus grande que ce film est destiné aux ados, êtres sensibles qu'il convient de ne pas choquer, soit, mais auxquels il faut également envoyer les bons messages.

 

Ce film est en effet beaucoup trop édulcoré à mon goût. S'il était nécessaire de ne pas montrer aux jeunes spectateurs trop de sang, tripes et autres  petites choses sympathique peut-être que le scénariste aurait pu un peu plus s'intéresser à certains autres aspects.

 

Je regrette en effet un peu que les personnages principaux ne semblent pas absolument effrayés d'aller s'entre-tuer dans une arène, que pas un seul semble vraiment se poser la question du "Mais au fait, je serai certainement obligé d'aller égorger/poignarder/embrocher un de mes amis pour survivre" et qu'aucun des "gentils" ne se concertent avant pour se grouper et survivre le plus longtemps possible.

 

Hunger games 2

Youhou! Allons gaiement nous entre-tuer!

 

Bref, ils auraient peut-être un peu plus s'inspirer de BattleRoyal qui met beaucoup plus l'accent sur la psychologie des ados (en revanche question hémoglobine, on peut s'abstenir).

 

Contrairement à Never Let Me Go qui, en en montrant peu, contient une certaine part de violence psychologique, The Hunger Games en est ainsi totalement dépourvu.

 

Résultat: les ados sortent très heureux du cinéma et absolument pas choqués par ce qu'ils viennent de voir, à savoir des ados être kidnappés par les représentants d'une société totalitaire et sacrifiés d'une manière particulièrement abjecte en guise d'avertissement aux rebelles en puissance.

 

The Hunger Games, film pour ados? Je n'en suis pas si sûre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Touteslescouleursdumonde - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Archives

Liens